La préservation de la biodiversité

L’aménagement des haies, bosquets, talus, bandes enherbées… favorise la biodiversité en contribuant au maintien et à la croissance de nombreuses espèces. Pour encourager les initiatives dans ce domaine, l’UIPP et ses adhérents collaborent avec différents acteurs de la filière agricole pour développer une gestion attentive des bords de champs (aménagement de bandes enherbées ou de zones boisées, implantation de fossés).

L’eau, au centre de nos préoccupations

L’eau est une ressource sensible et essentielle à laquelle nous apportons une attention toute particulière, avec des actions concrètes mises en œuvre.
Suivi des bassins versants, analyse des données de surveillance de la qualité de l’eau, lutte contre les pollutions, actions de formation et de sensibilisation. Nos initiatives pour éviter le gaspillage de l’eau et les transferts de substances phytopharmaceutiques illustrent notre volonté de gérer de façon optimale cette ressource naturelle.

Les bords de champs, par exemple, peuvent limiter les risques de pollution en agissant comme des zones tampons. Ainsi les 300 000 kms de bandes enherbées le long des cours d’eau peuvent réduire jusqu’à 85% des transferts de substances phytopharmaceutiques pour celles de 6 m de large et jusqu’à 95% pour celles de 12 m. Aussi nous mettons en place des partenariats avec la filière agricole afin de former les agriculteurs à l’aménagement et à l’entretien des bords de champs.

Dans le cadre de son action en faveur de l’eau, l’UIPP soutient les recommandations établies par le CORPEN (Comité d’ORientation pour des Pratiques agricoles respectueuses de l’ENvironnement). La démarche suit 3 étapes pour identifier les causes d’une pollution par les substances phytopharmaceutiques et y remédier :

  • Diagnostic : identification des facteurs favorisant les transferts de substances phytopharmaceutiques vers la ressource en eau, description du territoire concerné
  • Plan d’action : mise en place d’un programme de mesures (modifications de pratiques, aménagements de l’espace cultivé)
  • Évaluation : suivi de l’efficacité du plan d’action engagé.

La qualité de l'eau, une priorité

Voir l'infographie sur l'eau

OptiPhytO, l’application pour le diagnostic des pollutions ponctuelles

L’UIPP a lancé l’application OptiPhytO, un outil de diagnostic rapide pour sensibiliser les agriculteurs et les techniciens aux pollutions ponctuelles liées à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques. Les pollutions ponctuelles, consécutives à des accidents de manipulation ou de mauvaises pratiques, seraient responsables de 60 à 95% des contaminations de l’eau et pourraient être réduites de plus de 60% avec une sensibilisation appropriée (Étude de l’Université de la Hesse (Allemagne).

Au-delà du diagnostic, l’application propose des solutions concrètes et des rapports réglementaires. OptiPhytO permettra également de rassembler des données sur les pratiques et les équipements au niveau des exploitations agricoles. En consolidant ces éléments pour un bassin versant, il sera alors possible de définir et mettre en place des plans d’action spécifiques et efficaces avec les acteurs de terrain.

L’UIPP souhaite avec OptiPhytO attirer l’attention des agriculteurs et des techniciens sur ce sujet afin de faire progresser les bonnes pratiques partout en France.

L’application OptiPhytO est disponible gratuitement sur smartphone ou tablette.Grâce à l’application smartphone et tablette OptiPhytO proposée aux conseillers agricoles, les agriculteurs obtiennent un bilan de leurs pratiques de traitement.

Pour utiliser Optiphyto, contactez optiphyto@uipp.net afin d’obtenir le guide utilisateur et le code d’activation. Optiphyto est une application gratuite téléchargeable sur les stores.

Les insectes pollinisateurs

Les entreprises membres de l’UIPP agissent pour la préservation des insectes pollinisateurs, notamment des abeilles qui jouent un rôle important dans la reproduction des plantes et la pérennité des cultures. En développant les jachères mellifères et en travaillant spécifiquement avec certaines filières agricoles, nos adhérents contribuent à protéger la biodiversité florale et les habitats naturels, donc l’alimentation des abeilles domestiques et des pollinisateurs sauvages. Grâce à des actions d’information et de formation, nous contribuons à promouvoir les bonnes pratiques agricoles dans ce domaine.

Limiter à une cause unique le déclin des populations d’abeilles serait réducteur. C’est un phénomène complexe, causé selon les scientifiques par une combinaison de facteurs : parasites et prédateurs, infections bactériennes et virales, alimentation insuffisante, conditions météorologiques, mauvaises pratiques apicoles, usage de pesticides, affaiblissement génétique…
Nos adhérents fournissent également des solutions acaricides pour protéger les abeilles de leur principal parasite, le Varroa destructor, un acarien particulièrement nuisible car il transmet des virus pathogènes. Varroa est une des premières causes de la destruction des colonies d’abeilles domestiques.

L‘UIPP est pleinement mobilisée par ce sujet et mène une veille permanente sur l’actualité scientifique dans ce domaine.

Le sol, un capital à préserver

Les sols sont la base de toute agriculture : les plantes y puisent l’eau, les matières fertilisantes et les sels minéraux. La faune et la flore du sol contiennent des organismes bioagresseurs et d’autres bénéfiques pour les cultures. Maintenir ou restaurer un bon niveau de matière organique dans le sol est une nécessité. Un sol riche et équilibré permet un bon stockage de l’eau, une disponibilité importante en éléments nutritifs et une résilience du système agricole.

En France, l’érosion fait perdre en moyenne 1,5 t de terre par ha et par an (source Ministère chargé de l’environnement). Cette érosion, qu’elle soit hydrique ou éolienne, peut emporter avec elle fertilisants et substances phytopharmaceutiques, et réduit la couche arable fertile. Il est indispensable de limiter ce phénomène, voire de l’inverser.

Les solutions phytopharmaceutiques peuvent contribuer à maintenir un couvert végétal, éviter le recours excessif au travail mécanique du sol qui déstructure le sol et l’appauvrit en matière organique, le rendant sensible à l’érosion et moins fertile.
Aujourd’hui, les solutions phytopharmaceutiques sont étudiées pour perturber le moins possible la biologie des sols et pouvoir être dégradés rapidement par la microflore du sol, afin de ne pas s’y accumuler.

L’UIPP est pleinement engagée dans la préservation de l’environnement, eau, sol et air, notamment à travers le programme européen TOPPS. Celui-ci vise à rassembler et à diffuser l’expertise en matière de lutte contre les pollutions ponctuelles et diffuses, comme les transferts par ruissellement, drainage ou érosion, mais aussi la dérive de pulvérisation. TOPPS sensibilise et informe les agriculteurs et leurs conseillers afin de développer les bonnes pratiques d’utilisation des produits phytopharmaceutiques.

Rotation des cultures

La diversité des cultures dans le paysage est un élément de la biodiversité, car elle permet aux espèces sauvages de trouver une variété de ressources et d’habitats. Cela permet aussi de faciliter la maîtrise des bioagresseurs, notamment en limitant le recours au désherbage et la propagation des maladies des plantes. La diversité des solutions de protection des cultures est un élément qui favorise la rotation des cultures au niveau de l’exploitation : sans solution efficace face à un bioagresseur, l’agriculteur va se détourner de la culture et se focaliser sur celles qui sont plus faciles à protéger, ce qui contribue à une homogénéisation des paysages.

La bonne gestion des déchets phytopharmaceutiques

L’UIPP a lancé en 2001 l’éco-organisme A.D.I.VALOR. Sa mission : récupérer et éliminer en toute sécurité les déchets phytopharmaceutiques (emballages, bidons, Équipements de Protection Individuels (EPI)). A.D.I.VALOR est aujourd’hui une filière reconnue et soutenue par les pouvoirs publics. En 2020, 80 % des bidons collectés ont ainsi été recyclés sous forme de granulés de polyéthylène haute densité. « Nous avons aujourd’hui plus de 6000 points de collecte qui récupèrent tous les ans les emballages usagés des agriculteurs. 6000, c’est beaucoup : à titre de comparaison, il y a le même nombre de déchetteries en France pour l’ensemble des déchets ménagers », indique Pierre de Lépinau, directeur général d’A.D.I.VALOR. La filière a également mis en place un dispositif pour éliminer les stocks de produits non utilisables. La généralisation de cette démarche au niveau européen est un des engagements de notre industrie et nous aidons d’autres pays à mettre en place des filières identiques.

Les effluents phytopharmaceutiques (fonds de cuves de pulvérisateur, eaux de nettoyage du matériel de traitement, bouillies phytopharmaceutiques non utilisables, etc.) sont soumis à une réglementation spécifique.

Pour faciliter leur traitement directement sur l’exploitation, nos adhérents proposent des solutions d’épuration agréées par le Ministère de l’écologie et du développement durable (HELIOSEC®, OSMOFILM®, PHYTOBAC®…).

Décrypt' Eau

Mai 2021

Souterraine, potable ou dans les cours d’eau, l’eau est un bien commun qui nécessite une attention toute particulière pour être préservée, au bénéfice de tous.
Tour d’horizon de la situation de la qualité de l’eau en France.

Qualité des eaux

Métabolites pertinents et non pertinents de pesticides dans les eaux potables, distinguer seuils d’alerte et seuils sanitaires.

Communication Columa 2019

Suivi des métabolites de pesticides dans les EDCH : Distinguer l’approche environnementale et les enjeux sanitaires.

Brochure environnement

L’UIPP se mobilise, avec tous ses partenaires, pour promouvoir
les bonnes pratiques d’utilisation des produits.

Ceci pourrait aussi vous intéresser

Chercher, Protéger, Débattre

Protégeons les cultures, les hommes et notre futur. À travers Siècle Vert, nous poursuivons notre démarche de dialogue constructif et apaisé pour une meilleure compréhension de la transition agroécologique et des bénéfices des solutions de protection des cultures.

En savoir plus
Nous connaître

Accompagner les exploitants agricoles

Proposer aux agriculteurs des produits efficaces respectueux de la santé et de l’environnement et imaginer de nouvelles solutions complémentaires de protection des cultures ne suffit pas. Les exploitants sont aussi en attente de conseils, d’informations et de formations pour bien utiliser les solutions de protection des plantes, en toute sécurité. Les accompagner au quotidien, c’est aussi le rôle de l’UIPP. Testez vos connaissances !

En savoir plus
Restez informé de nos informations Je m'inscris à la Newsletter