Journée mondiale de l’alimentation : quel futur pour l’agriculture ?

Publié le 15 octobre 2012 - Actualité européenne

A l’occasion de la journée mondiale de l’alimentation il semble temps de se reposer la question de la manière dont nous pourrons relever le challenge de l’alimentation de la population mondiale, en croissance constante. Quelles pistes pour nourrir 9 milliards d’êtres humains en 2050 ? De nouvelles techniques peuvent-elles révolutionner les pratiques agricoles ? L’UIPP dresse son état des lieux.

L’agroécologie, l’alternative parfaite aux pesticides ?
 L’UIPP suit avec attention le développement du concept de l’agroécologie récemment  mis en avant dans les médias.
 L’agroécologie propose une méthode basée sur le renouvellement naturel des sols en bannissant les engrais chimiques. La fertilisation proviendrait principalement du recyclage des déchets et la lutte contre les parasites serait assurée par le rétablissement d’un équilibre naturel entre prédateurs. Bien qu’ayant fait ses preuves dans certaines régions d’Afrique ou d’Asie, il reste complexe de comparer ces évolutions de l’agriculture traditionnelle locale avec les exploitations françaises notamment. Le climat, les pressions parasitaires et même les réalités économiques ne sont pas les mêmes. Ce  modèle n’a pas encore démontré tout son intérêt agronomique et économique à grande échelle dans les conditions françaises. C’est pourquoi il nous semble plus opportun d’étudier les travaux scientifiques publics en cours ou à venir, tels que ceux de l’institut national de recherche agronomique (INRA). Ces recherches sont destinées à bâtir les modèles agricoles du futur et ne cherchent pas à tout prix à appliquer à très grande échelle des concepts au premier abord séduisants, qu’il serait tentant de mettre en avant comme solution « miracle », alors qu’ils ne sont pas en phase avec la réalité des enjeux actuels. 

Finalement quelle serait l’agriculture de demain ?
 Les différents systèmes proposés peuvent répondre à des demandes de consommateurs diversifiées. C’est le cas de l’agriculture biologique (d’ailleurs nos adhérents fournissent en produits certains producteurs) mais aussi de l’agroécologie dans des systèmes agricoles traditionnels en transition… Ils sont complémentaires et non opposés mais aucun de ceux-ci n’a démontré à date sa capacité à fournir une alimentation en quantité suffisante, de qualité et à un prix abordable pour la majorité de la population française.
 L’objectif principal de l’agriculture de demain devra être l’alimentation durable (quantité, qualité et prix abordables) : pour cela il faut faire coexister et prendre le meilleur des systèmes agricoles, pour qu’ils soient respectueux des ressources naturelles et de la biodiversité, mais également suffisamment productifs et compétitifs.

Il n’y a pas de raison de se priver, à priori de solutions d’avenir (réflexions agronomiques poussées, sélection et amélioration variétales, protection des cultures et des semences, précision dans les apports d’intrants…). C’est pourquoi l’UIPP reconnait différents types d’agriculture et encourage une utilisation raisonnée des pesticides. C’est dans la pluralité que nous trouverons les meilleures solutions.

Inscrivez vous à la Newsletter UIPP et recevez toute l’actualité sur le secteur phytopharmaceutique. test

Voir notre dernière newsletter

Certification

L'UIPP a ses engagements
de service certifiés.

Informations produits

Sources d’informations sur les spécialités phytopharmaceutiques pour les professionnels :

Consulter d’autres bases